La photo de rue du 30 août 2012

A la Une de ce jeudi une photo de rue couleur prise par le photographe Yanidel.

Une photographie de rue de Yanidel

 

Photo de rue de (c) Yanidel
Photograph : Yanidel

Photo à mon sens parfaite, tout est là : des regards de l’homme et de la femme derrière lesquels on peut voir et imaginer ce que l’on veut, leur position, le choix du cadrage, le traitement couleur made in « Yanidel » et bien sûr cette vitre brisée qui peut renforcer encore plus l’histoire.

La photo qu’on aimerait bien prendre…

Si vous souhaitez découvrir d’autres photos de ce photographe : Yanidel sur Flickr

Et vous, que pensez-vous de cette photo de rue ?

10 questions à : David Fathi

10 questions au photographe de rue David Fathi.

1. David Fathi, une petite présentation ?

David Fathi, 26 ans, j’habite à Paris et je fais de la photo en amateur depuis un peu plus de 5 ans.

2. Quand as-tu commencé la photo et pourquoi ?

J’ai toujours cherché un moyen de m’exprimer artistiquement. J’ai bouffé du cinéma, de la musique, de la peinture, de la littérature, etc. Mais ça ne restait que passif.

Il y a un peu plus de 5 ans, encouragé par ma copine de l’époque, je me suis mis à la photographie. Je n’y connaissais rien, mais j’ai tout de suite trouvé l’immédiateté qu’il me fallait pour m’accrocher.

L’éditeur Robert Delpire disait : « La photographie, c’est facile. C’est ça qui est difficile ». Et c’est entièrement vrai, il suffit de 5 min pour comprendre comment faire une jolie photo, mais il faut tout une vie pour faire une bonne photo.

Le mélange d’immédiateté et de persévérance fût finalement l’idéal pour moi.

3. Qu’est-ce que la photographie de rue pour toi ?

La photo de rue à la base c’était pour montrer ce que je voyais, et comment je le percevais. C’était un bon prétexte pour voyager et essayer de parler de l’homme et de son environnement.

Mais je bifurque petit à petit vers une approche moins dogmatique de la photo de rue. Je n’en suis pas encore là, mais j’espère arriver à mélanger les genres. Photo de rue, portraits posés, natures mortes, etc… peu importe. Pour ne plus parler de ce que j’ai vu, mais de ce que j’ai ressenti. La photo de rue m’intéresse de moins en moins comme genre à part entière, mais me parait être un outil important pour aborder la vie, la frénésie, le bordel, l’absurde, …

Les photographes qu’ont dit « de rue » que j’admire le plus sont ceux qui transforment le quotidien par la force de leur oeil, et y plaquent leurs propres obsessions.

  • A travers l’objectif de Saul Leiter la ville de New York ralentit et devient un écrin cotonneux.
  • Matt Stuart transforme Londres en un grand théâtre à ciel ouvert où les évènements du quotidien deviennent surréalistes.
  • Michael Ackerman fait vaciller les repères du spectateur et le plonge dans une ville devenue noire et paranoïaque.

Ce n’est finalement plus de la photo de rue, c’est un autoportrait, et c’est ce qui est passionnant pour moi.

Photo de rue de (c) David Fathi
Photograph : David Fathi

Continuer la lecture de « 10 questions à : David Fathi »

La photo de rue du 28 août 2012

A la Une de ce mardi une photo de rue en noir & blanc prise par le photographe Rizal Renaldi.

Une photographie de rue de Rizal Renaldi

 

Photo de rue de (c) Rizal Renaldi
Photograph : Rizal Renaldi

Ce n’est pas « original », mais la photo m’a plu.

Je trouve qu’elle fonctionne bien, on pourra regretter la voiture sur le bras, ou pas, ça dépend des goûts. Le choix du noir et blanc est aussi très judicieux à mon sens, en couleur cela aurait beaucoup perdu.

 

Si vous souhaitez découvrir d’autres photos de cette photographe : Rizal Renaldi sur Flickr.

Et vous, que pensez-vous de cette photo ?

5 choses que je demande à un appareil photo

Les 5 choses que je demande à un appareil photo pour faire de la photo de rue.

Comme je l’indiquais dans mon article sur l’Olympus OM-D E-M5, il y a des basiques que je demande à un appareil photo pour qu’il me soit utile et agréable à utiliser en photo de rue.

1 – Il doit avoir un AF rapide

Prendre une photo vite et bien est un impératif.

On peut toujours utiliser des techniques comme l’hyperfocale ou des réglages spécifiques pour avoir une mise au point en toute situation, mais cela nous prive par exemple du flou d’arrière plan, d’un piqué supérieur quand on règle à 1600 ISO, etc…

Et puis il faut vivre avec son temps et profiter des avantages que nous apporte la technique !

2 – Il doit être léger et peu encombrant

En photographie de rue vous allez en générale porter d’une main votre appareil photo, et sincèrement, à part être un sportif accompli, vous ne tiendrez pas 2 heures comme ça avec un appareil photo trop lourd, en tous les cas moi je ne peux pas.

Pour l’encombrement c’est assez logique aussi, moins votre appareil est encombrant moins votre sac photo le sera et plus vous serez à l’aise pour trainer dans les rues.

Photo de rue de (c) ESchon
Photograph : ESchon

Continuer la lecture de « 5 choses que je demande à un appareil photo »

La photo de rue du 23 août 2012

A la Une de ce jeudi une photo de rue couleur prise par le photographe Fagu.

Une photographie de rue de Fagu – Fabio Costa

 

Photo de rue de (c) Fagu
Photograph : Fagu

J’ai trouvé la composition intéressante, le rapport fiction/réalité bien observé et ça m’a fait ressentir une certaine quiétude, et ça, ça fait du bien…

Cela change un peu des photos de rue couleur qui « pètent ».

Si vous souhaitez découvrir d’autres photos de ce photographe : Fagu – Fabio Costa sur Flickr.

Et vous, que pensez-vous de cette photo ?